BIENVENUE SUR Le Blog de Jacques perrin
RECHERCHE
Accueil> Lire > Une encyclopédie à l'usage des capricieux, des éclectiques et de celles et ceux qui aiment la vie.
Jacques Perrin

Le Blog de Jacques perrin

Il n'y a pas d'autobiographie : la vie ne s'écrit pas. Elle se vit. Ecrire la vie, c'est la revivre autrement, selon d'autres perspectives. Destins croisés. Rencontres. Instantanés. Territoires du goût. Archipels à explorer.

Une encyclopédie à l'usage des capricieux, des éclectiques et de celles et ceux qui aiment la vie.

Dimanche 8 Fevrier 2009, 17:51 GMT+2Par Jacques PerrinCet article a été lu 2791 fois
Voilà un pavé imposant de plus de 700 pages  qui vient de paraître et qui m’a scotché net ! Pantois, admiratif, presque jaloux, je suis.
Le genre de livre qui débarque dans votre vie, un jour,  comme une rencontre, une histoire d’amour, presque.
Il y fait régner l’atmosphère tonique des hauteurs et des profondeurs, parce que même à plusieurs, on y est parfois seul, cet air rare qu’on aspire à pleines gorgées.

A votre tour, vous le traverserez peut-être, respirerez cette insolence joyeuse. On peut y entrer par  le milieu. Par toutes les pores de ce livre singulier, à travers ses listes, ses listes de listes, qu’on croirait fastidieuses...
Mais non, pourquoi voudrait-on s’en arracher ?  

Ces énumérations défilent devant le lecteur comme autant de balises, de teasers,  d’ondes de choc, vous emmènent ailleurs, loin de vous-même, des autres, de l’idée que l’on se fait d’un livre qui raconterait une histoire convenue. Ou d’une encyclopédie qui ferait de nous des êtes cultivés, plus intelligents, un brin surannés.
Rassurez, celle-ci devrait avoir d'autres vertus, décapantes, plus roboratives aussi.  

"Le 6 août 2006, à 16 h 45, même lieu, un sublime nuage blanc, immense, épais, houleux, souligné d’ombres grises et par-dessus lequel glissaient des rayons d’un soleil rasant, rampa au-dessus de la montagne et vint regarder la Méditerranée. "
(Charles Dantzig, Liste des Nuages, Encyclopédie capricieuse du tout et du rien)

 

Elle porte un nom de jour de diète et d’implosion, d'amarres larguées : L’encyclopédie capricieuse du tout et du rien. Son auteur, Charles Dantzig, a déjà connu le succès avec le Dictionnaire égoïste de la littérature française (2005).

Il nous revient avec le livre le plus détonnant, le plus imprévisible, le plus baroque, le plus frivole publié en France ces derniers mois. Le plus grave aussi car, personne ne s’y trompera, le regard scalpélisé que Dantzig porte sur ses contemporains est celui d’un ethnologue et d’un moraliste, tendance cynique parfois, plein d’empathie. Hormis pour la bêtise, la médiocrité, le mauvais goût, l’ennui en province, les Américains, la cuisine anglaise, les taxis parisiens et quelques autres turpitudes.

Celui d’un très fin styliste également, qui cisèle ses descriptions comme des petits bijoux (moins chers que chez Chaumet…) doublé, cela devrait aller de soi, d’un érudit foisonnant, à l’éclectisme contagieux et sidérant.

Car tout est passé au crible. Absolument tout. Y compris l’absolu et son contraire.
A travers 267 listes qui recensent, catégorisé en grands thèmes, tout ce que nous pouvons penser, désirer, détester, esthétiser, partager, rêver, regretter, oublier, tout ce que, dans une seule vie, nous ne réussirons  pas à englober, intégrer et nommer, faute de temps, de mémoire, de méthode et d’envie : Lieux, villes, peuples, arbres/nuages, douceur de vivre, le beau & le chic, le corps & le sexe, gens, choses, famille, coutumes, arts, musique, spectacle, littérature, personnages, noms, mots, phrases, pensée (et son éventuelle ennemie l’idée), presse et télévision, histoire, vague autoportrait, passé/présent/futur, la vie, la mort.
 
Cet inventaire est évidemment subjectif, rhizomatique, infini et, disons-le, incongru. C’est pourquoi il fait notre bonheur. On ne peut s’empêcher, à lire Dantzig, de penser à Georges Pérec – même si la démarche est différente – à La vie mode d’emploi notamment, qui eût été un beau titre pour ce caprice, ce bonheur, divagation flamboyante, cette encyclopédie du tout et du rien.

Quelques extraits :

"LISTE DES ANGLAIS

    J’aimais tellement l’Angleterre que je disais qu’on y mangeait bien. Rien ne m’enchante plus que de déjeuner, dans un pub, de fish and chips. Les petits pois qu’on mange dans ce pays, dans quel dessin animé les cultivent-ils ? Il est vrai que la cuisine anglaise s’améliore de façon déplorable, et le plat national des pubs sera bientôt ciabatta and chili.

LISTE DES AMERICAINS

    C’est un peuple sans balcons. Il n’arrête pourtant pas de se mêler de ce qui ne le regarde pas, selon la morale protestante. Et on y voit des gens brandir des panonceaux à l’entrée des tribunaux pour dire, car ils savent : »DIEU HAIT LES AVORTEURS ». C’est un pays fasciné par la luxure.

LISTE DES ARBRES

    Il paraît que Beethoven disait : »J’aime mieux un arbre qu’un homme. » Moi aussi, j’aime mieux un arbre que ce type de grincheux.

LISTE PUNISSABLE DU PLAISIR

    Règle No 1 dans la vie, que l’on apprend souvent trop tard : ne faire que ce qui fait plaisir. Règle No 2 : savoir ce qui fait plaisir.

    En 2007, le pape Benoît XVI a prêché la chasteté dans ce pays (le Brésil). Avec sa mitre, secoué comme une cloche sur un plateau, il est allé, la voix tremblante, car sitôt pape, le chrétien prend la voix tremblante, cet Allemand, ce Carolingien triste comme un aigle de fer, apporter ses tristesses à des gens qui ne sont que gaieté ! C’est cela, le péché.

LISTE BRANLANTE DU BONHEUR

    Les femmes qui projettent leur bonheur comme un désodorisant sont souvent très malheureuses. « Je suis très heureuse » égale : »Je suis très malheureuse mais je ne veux pas le dire. »

LISTE ESPACEE DE L’ESPOIR

    Jeune, en meute comme des chiots, on ne se quitte pas, on rit, on s’aime, on n’a pas besoin du dégoûtant espoir car on est l’espoir. La vie fracasse tout cela, créant des isolements. On se met à espérer. Espérant, on se met parfois à croire que ce que l’on espère va se produire. Et on ne fait plus rien. L’espoir est fataliste.

LISTE DES AVANTAGES ET DES DESAVANTAGES DE L’AMOUR

    La prochaine fois que je serai amoureux, ma première lettre finira par la phrase : »Je me souviendrai du bonheur que nous aurons eu. »

LISTE DE LA BEAUTE

    C’est une forme singulière de la muflerie de parler à quelqu’un de sa beauté, comme si c’était quelque chose d’extérieur, un labrador qu’ll ou elle promènerait en laisse. C’est très intime, au contraire, et lui donne un sentiment d’injustice.

    La beauté est un malheur.

LISTE DES VETEMENTS, DES MODES ET DE LA MEMOIRE

    Les costumes vieillissent d’un seul coup. On les quitte un soir convenables, sinon parfaits, on les retrouve au matin immettables, et déprimants. Comment ai-je pu porter ça ? Qu’on se le demande est peut-être une preuve qu’on aime encore vivre. C’est la même chose avec les amis. Un jour, tout d’un coup, on ne reconnaît plus ce qu’on pouvait avoir de commun. Et on en change.

LISTE DU SEXE

    La chair égaie.

LISTE DES PERSONNES DEGOUTANTES

    (…) On ne félicite pas assez les adultes qui restent géniaux. Cela se passe de deux manières : à l’élevage intensif par les grandes écoles, où on leur apprend des tours qu’ils répètent toute leur vie à l’ébahissement des foules, ou de façon individuelle, comme ils peuvent, à coups de machettes dans l’inconnu. Les premiers sont les polytechniciens, les seconds les artistes.

LISTE DES FESSEES PERDUES

    Yasmina Reza. On lui a fait croire qu’elle était intelligente. C’est déjà trop tard. Depuis son livre sur Sarkozy en 2007, elle a pris la place de la femme la plus vaniteuse de Paris laissée vide depuis la mort de la précédente.

LISTE DES LA BONTE DES HOMMES

    Les méchants ne viendront pas, nous dit-on toute notre enfance. Ils viennent.

LISTE DES FEMMES COMME ON EN VOUDRAIT DANS SA FAMILLE

    Toute belle Italienne. Une belle Italienne, quand elle est intelligente et fine, ce qui me semble arriver plus souvent qu’à aucune femme d’un autre pays, c’est la crème et le sucre, parce que, en plus, elle est gentille. Une Française ou une Américaine quand elles sont belles se croient obligées d’être des pimbêches.

LISTE DE L’AMITIE ET DE L’INIMITIE

    Bien peu de gens pensent, quand vous avez perdu un ami, à vous dire un mot. On le réserve aux deuils de famille. C’est dire si l’amitié est aimée.

LISTE DE LA SAGACITE DES AUTRES

    Les autres savent avant nous ce que nous sommes. Nous n’osons parfois pas reconnaître en nous-même un penchant, un goût, une passion. Avant même d’en avoir été un, le voleur est deviné par ses camarades de classe. C’est facile, aussi. Ils voient un seul de nos moi quand nous devons nous dépêtrez parmi plusieurs.

LISTE DE L’ENFANCE

    L’enfance est un masque posé devant l’âge adulte afin de le tromper. Derrière ces visages, nous ne voyons rien, et supposons la pureté, la gentillesse et la bienveillance.  Les enfants sont tous les mêmes pour nous comme tous les Noirs sont tous les mêmes pour les gens sans regard. Rappelons-nous combien, enfants, nous étions entouré de salauds, d’abrutis et de méchants ; et nous savions les voir. L’adolescence est un drame parce qu’on y devient aveugle pour le restant des jours.

LISTE DE L’ENNUI DES FETES

    L’important est de ce qui faire ce qui chante. Fuyez les grincheux, évitez de le devenir en ronchonnant contre les fêtes, sortez, ne sortez pas, mais soyez allègres.

LISTE DES REGLES QUE JE ME SUIS FAITES
 Jusqu’à ce que je trouve une raison d’en changer

Il n’y a pas de métier. Il n’y a que du cœur. « 

 Vous en voulez encore ? A vos lectures !
 
Le livre  Charles Dantzig, Encyclopédie capricieuse du tout et du rien. (Grasset) .

 

Lire d'autres articles de la rubrique

Cet article a été commenté 14 fois | Ajouter un commentaire | Revenir en haut | Aller en bas

Encore un article bien singulier qui rend ce blog si attrayant ...

J'aime déguster petit à petit ces nouvelles courtes :
www.evene.fr/livres/livre...

Dimanche 8 Fevrier 2009, 20:33 GMT+2 | Retour au début

Jacques Perrin répond

Très bon également Régis Jauffret, beaucoup de talent mais moins de profondeur, peut-être, que Dantzig.

Dimanche 8 Fevrier 2009, 21:08 GMT+2 | Retour au début

Un livre que je dois acheter demain :
www.amazon.fr/voyage-inso...

François Morel, lauréat du prix Grand Cru de Saumur, est un " encyclopédiste du vin ". Longtemps rédacteur aux Editions Larousse, un temps propriétaire d'un célèbre bistrot à vins parisien, membre de divers comités de dégustation, il est rédacteur en chef de la revue Le Rouge & le blanc et auteur de nombreux livres sur le monde des vins publiés entre autres par Flammarion ou les Editions du Chêne.

Dimanche 8 Fevrier 2009, 21:38 GMT+2 | Retour au début

Heeter dit

A pareil prenom, temerite et grandeur obligent "Dans tous les champs Elysees se fut un grand tapage a la vue de ces choses! Francs, chevaliers, mousquetaires, sans culottes, grognards et poilus rougirent de colere et de honte devant cette defaite sans precedent dans l'histoire de la litterature francaise."
SIG, journal d'un Embastille sous le regne de Charles XI dit 'le long'

Dimanche 8 Fevrier 2009, 22:06 GMT+2 | Retour au début

Sur Yasmina Reza (la lecture de son livre sur Sarko m'a laissé indifférent) : ne pas confondre avec Rachida Dati.

Albert Einstein (Zweistein, Dreistein et Vierstein, rigolait Perec dans sa farce "à la Sokal" (*)) : Les Etats-Unis d'Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la décadence, sans jamais avoir connu la civilisation.

Sur la durabilité de l'amour (voyez qu'on y revient) - De mémoire (auteur ?) : il suffit de relire des années plus tard ses lettres d'amour pour réaliser à quel point on se couvrit de ridicule ...

(*) : fr.wikipedia.org/wiki/Aff...

Dimanche 8 Fevrier 2009, 22:29 GMT+2 | Retour au début

Heeter dit
Mauss dit

J'ai entendu l'auteur à une émission TV, mais c'est ton billet qui ve me faire acheter fissa ce livre.
Faut qu'il soit vachement balaize et accrocheur pour que tu prennes la peine de recopier autant de citations : on sent la passion juvénile d'un amoureux transi !

C'est beau, Grand Jacques, c'est beau !

Lundi 9 Fevrier 2009, 06:08 GMT+2 | Retour au début

Jacques Perrin répond

Achète-le François, il te suivra dans tes pérégrinations et t'inspirera des moréginations supplémentaires. Je suis flatté par tes appréciations (clichés ?) : passion juvénile, amoureux transi. Diantre, quelle imagination ! Où vas-tu chercher tout ça ?

Lundi 9 Fevrier 2009, 12:19 GMT+2 | Retour au début

Quoi ?
FM qui morégine ?
Quel néologisme ...

François a du lire nos propos sur la durabilité de l'amour ... :-)

Lundi 9 Fevrier 2009, 14:47 GMT+2 | Retour au début

"L'amour, c'est vif les trois premiers mois quand on se fait coq, puis ça devient la pantoufle. A cette pantoufle pour se rendre capable de la supporter on continue à donner le nom d'amour ..."

Bon, l'humour noir de Régis Jauffret est ici largement enfoncé ... :-)

Vendredi 13 Fevrier 2009, 08:00 GMT+2 | Retour au début

Le tourisme, c'est l'exploitation du plouc par le faussaire.

Samedi 14 Fevrier 2009, 14:06 GMT+2 | Retour au début

Un autre pérégrin érudit :
www.alapage.com/-/Fiche/L...

Si tu traces une route, attention tu auras du mal à revenir à l'étendu - Henri Michaux (Poteaux d'angle)

Dimanche 15 Fevrier 2009, 18:24 GMT+2 | Retour au début

Acheté ce midi chez un libraire de la galerie Vivienne, le livre de Maxime Cohen (conservateur général des bibliothèques de Paris), promenades sous la lune (même collection).

Miscellannées, aussi, sur le vin, la mort, Proust, les inttellectuels, ...

"L'essai, c'est-à-dire la communication directe entre l'auteur et le lecteur, survivra au roman, de mille ans au moins."

"Un bourguignon à un Bordelais : ce que vous me faîtes boire là est très bon, mais je préfère le vin."

Jeudi 19 Fevrier 2009, 16:13 GMT+2 | Retour au début