BIENVENUE SUR Le Blog de Jacques perrin
RECHERCHE
Accueil> On the road > Le voyage vers les Cinque Terre
Jacques Perrin

Le Blog de Jacques perrin

Il n'y a pas d'autobiographie : la vie ne s'écrit pas. Elle se vit. Ecrire la vie, c'est la revivre autrement, selon d'autres perspectives. Destins croisés. Rencontres. Instantanés. Territoires du goût. Archipels à explorer.

Le voyage vers les Cinque Terre

Jeudi 22 Aout 2013, 15:06 GMT+2Par Jacques PerrinCet article a été lu 2038 fois

Le capitaine et son marin-pêcheur voulaient revoir le Cap corse, l'Isula ind'è l'Isula, comme l’appellent les Corses. Ils voulaient mouiller dans cette petite anse qu’ils connaissaient, à l’abri de la houle, et craquer une ou deux belles bouteilles en regardant le soleil s’enfoncer mélancoliquement sous la ligne d’horizon. Ils voulaient…

De Vesoul ou de Honfleur, pas question ! Une amie m’avait parlé d’une fameuse trattoria à Vernazza, dans les Cinque Terre, de son capitaine au long cours d’ex mari qui tous les soirs, après le service, se met au bel canto, de Raphaelito qui, pour conjurer les intempéries de 2011, a sculpté dans la pierre une Madone grandeur nature. Elle avait parlé aussi du petit port où l’on peut s’amarrer, de la lumière qui est si belle, au soir, quand elle irise les murs des maisons suspendues…

Vernazza, Cinque Terre 

Assez entendu. Place à la vision ! Je viens avec vous, mais à une condition : on passe par les Cinque Terre, dis-je à l’autre capitaine et à son marin-pêcheur surnommé Baracuda 1er. Référence à son titre de champion du monde de la pêche au gros. Le genre de mec avec qui il ne faut pas trop rigoler le long du bastingage.

Mais en zone portuaire / Tout est éphémère. Départ à l’aube. Le moteur du Grand Banks feule déjà. Embruns et bouffée de gazoil sur le pont. De quoi chavirer le cœur. Cap sur le golfe de Gênes. Baracuda, imperturbable, pose ses lignes et ses leurres.

Inutile de rêver. Le Gamberoni, ce joyau du golfe clair, il faut aller le chercher au fond des abysses, à 400 mètres. On se contentera de cette réminiscence proustienne, presque métaphysique : les Gamberoni de San Remo saucés dans leurs sucs (têtes rôties puis pilées en condiment avec citron confit et piment d’Espelette), tels que nous les a offerts un jour un magicien nommé Cerruti.

 

Les heures sont à terre. La mer dicte sa durée. Etale, frémissante ou agitée selon la houle et le régime des vents. Aujourd’hui, c’est force 6.

« Quelque chose n’était pas pareil, mais il ne savait pas quoi. » Je feuillette Le temps, le temps. Ce pauvre Taler, un des protagonistes du dernier Martin Suter, me désole avec sa bière, ses spaghetti et sa femme assassinée. Impossible de lire. Le vent tourne les pages.

Attention : thon sur la ligne ! Celle-ci déroule sec, cinquante mètres, vite la reprendre, s’arque mais ne rompt point. Il faut le travailler du moulinet, le ramener à portée de main. C’est fait. Jolie prise. Sashimis pour ce soir et Escalope de thon grillée avec Soja, jus de citron et coriandre pour demain. L’honneur est sauf. Baracuda 1er remercie les dieux de la pêche. Pour le vin, on verra plus tard.  Chacun à sa petite idée, rêve d’un cru précis. Moi, avec le thon grillé, je verrais bien un Châteauneuf-du-Pape Cuvée Spéciale 2007 de Michel Tardieu. C’est ce que j’ai dans mon sac de marin. Avec d’autres surprises.

 

Portofino 

Vision fugitive de Rapallo au loin. J’espérais davantage de beauté. Trop de constructions. Quel regard porterait aujourd’hui Nietzsche sur Rapallo, lui qui passa un hiver ici ? Le bruit des vagues l’empêchait de dormir : de cette écume jaillit l’idée de son Zarathoustra et de l’éternel retour.

 

On continue d’effleurer les côtes à distance respectueuse. On déconstruit le réel. Voici Portofino, ses façades en trompe-l’œil, ses terres de Sienne, ses ocres et ses jaunes qui étincèlement même la nuit. Le monde va mal ? Venez faire retraite dans cet endroit. Là où tout n’est encore que luxe, calme et volupté... Le capitaine voudrait y vaquer son Grand Banks. Settecento euros la notte ! annonce bravement le responsable de la Marina de Portofino.

 

Manarola, Cinque Terre 

 

Au revoir le petit port et ses terrasses où le temps a le goût du Fernet-Branca, au revoir l’abbaye de San Fruttuoso, Cenobio dei Dogi et ses couples sans âge, ses masques craquelés au soleil ligurien, ses cinéastes en quête d’inspiration, ses faux riches perdus dans leurs suites royales.

Riomaggiore, Cinque Terre 

Cap vers les petits villages accrochés le long de falaise, entre ciel, vignes et mer : Monterosso al Mare, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomaggiore ! 

PS Chères lectrices, chers lecteurs : ceci est le dernier post sur Mille Plateaux (2007-2013). La suite sur Mille Plateaux 2.0 ! A très bientôt ! 

Lire d'autres articles de la rubrique

Cet article a été commenté 6 fois | Ajouter un commentaire | Revenir en haut | Aller en bas

Mauss dit

Bon. C'est clair.

Il va falloir trouver fissa un gentil italien, ayant RIVA millésimé pour me faire sentir ces villages que seuls les béotiens atteignent par de vulgaires chemins.

Jeudi 22 Aout 2013, 17:31 GMT+2 | Retour au début

Candide Remue La Nuit dit

Combien y a-t-il de jours en 2013 ?

Jeudi 22 Aout 2013, 20:24 GMT+2 | Retour au début

Landry dit
Mauss dit

Une adresse qui semble tip top :

www.abbadiasangiorgio.com...

Vendredi 23 Aout 2013, 10:30 GMT+2 | Retour au début

Formidables paysages ...

A bientôt, Jacques !

Vendredi 23 Aout 2013, 15:05 GMT+2 | Retour au début

Magnifiques photos - Merci Jacques.
Pour être le 1er bien à caractère viticole entré au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1997, le tourisme s'est tellement développé avec les années que de nombreux viticulteurs se sont consacrés à des métier touristiques plus faciles que dans ces vignes pentues en diable.
Résultat "Cinque Terre" a bien failli se trouver sur la "liste des biens de l'UNESCO en péril".
Il a fallu ce danger pour que la surface viticole se développe à nouveau
Les biens à caractère viticole au patrimoine mondial - état 2013 14 biens sur 962 dans le monde entier.
Etude au lien :
www.cepdivin.org/articles...

Vendredi 30 Aout 2013, 18:14 GMT+2 | Retour au début